Quand la permaculture s’invite dans les dessins animés

L'article vous plaît ?
  •  
  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    2
    Partages

 

Une fois n’est pas coutume, je voulais vous faire partager une séquence sympathique d’une série japonaise (anime) appelée Arjuna sorti en 2001. Mettant l’accent sur la fragilité de notre écosystème, cette série n’est pas qu’un simple dessin animé à tendance écologique. C’est aussi une bien belle fable qui donne à réfléchir sur nos comportements de la vie de tous les jours.

Dans cet article, il s’agit d’un des premiers épisodes intitulé “Résurrection du cycle de vie” où la héroïne de la série fait la rencontre d’un vieillard vivant à la campagne. En prenant un peu de recul, on pourrait imaginer le célèbre Masanobu Fukuoka dans son propre jardin en train d’expliquer la permaculture à une jeune inconnue.

Masanobu Fukuoka vous connaissez ? Il s’agit d’un microbiologiste japonais ayant vécu le siècle dernier qui, non satisfait des progrès scientifiques de son domaine d’activité, a quitté son travail pour retourner s’installer dans la ferme familiale. Il est très connu pour son agriculture naturelle qu’il développa lui-même au gré de ses expériences ! Il écrivit d’ailleurs des ouvrages parmi lesquels : La révolution d’un seul brin de paille publié en 1975. Ce que j’apprécie chez cet homme c’est sa dimension spirituelle influencée par la culture zen, taoïste, shintoïste ou bien encore bouddhiste.

Masanobu-Fukuoka

Masanobu Fukuoka en 2002

Et justement dans ce dessin animé, je trouve que ce vieillard est inspiré de Fukuoka ! Je vous conseille vraiment de regarder ce petit extrait poétique. La musique est superbe et émouvante.

Le jardin du vieillard est bien fourni en végétaux mais on n’y voit qu’un tas de feuilles et d’herbes. C’est en s’y intéressant d’un peu plus près que l’on aperçoit les beaux fruits et légumes cachés du soleil. Première leçon : ne pas se fier aux apparences ! La vérité est cachée là où celui ou celle qui voudra bien se donner la peine d’aller la chercher, pourra la trouver.

Le jeune homme accompagnant l’héroïne se plaint des “mauvaises herbes” et des insectes qui l’entourent. Et la jeune femme s’étonne alors que le vieillard ne tue pas les insectes et que les plantes ne sont pas traitées ; comme on lui avait appris là-bas, en ville. Le vieillard lui répond alors : ne vois-tu pas que tout cela pousse parfaitement ? Autrement dit : as-tu déjà vu la vérité en face par toi-même, au lieu de croire ce que l’on te dit ? Deuxième leçon : ne croire que ce que l’on voit et rester pragmatique.

La troisième leçon de cet épisode est : rend à la nature ce qu’elle t’a donné. Nous faisons partie du cycle de la nature. N’oublions pas que nous sommes un des maillons de la chaîne ! Les insectes mangent les parties malades des plantes. Puis leurs déchets deviennent la nourriture des plantes via l’activité des champignons et des bactéries, etc. La boucle est bouclée. C’est un système fermé !

Plus tard, on réalise que les jeunes visiteurs ont oublié que la nourriture est une véritable offrande de la nature. Déconnectés par la vie trépidante en ville, ils ne savent plus ce qu’est un bon fruit ou un bon légume. Ils ne savent plus ce qu’ils mangent. Mais en oubliant ce que l’on mange, c’est en fait une partie de nous qui nous échappe ! Nous connaissons tous les maximes : “On est ce que l’on mange” ou bien “Que ta nourriture soit ton médicament, et que ton médicament soit dans ta nourriture” que l’on prête au fameux penseur grecque Hippocrate.

On apprend plus tard que le vieillard avait une autre vie loin du petit paradis dans lequel il vit. Car non satisfait du mode de vie proposé plus bas, en ville, il a préféré se poser dans le temps présent et savourer chaque instant. Malheureusement, il ne peut qu’observer le désastre créé par la technologie : un hélicoptère passe et largue des pesticides. Malheur, nous creusons notre propre tombe !

Il semble que l’on ait oublié que le sol est en fait un appareil digestif sans lequel nous ne pourrions pas vivre. Mais hélas, emportés par la machine infernale de notre société de consommation, nous oublions tous cela.

Voilà, je souhaitais dédier un article sur cet anime japonais Arjuna, car j’ai été touché par la démarche des auteurs : sensibiliser petits et grands à ce qui se passe actuellement sous nos pieds. Alors je leur dis merci ! Fini l’image des écolos qui passent leur temps à rêver. Il est temps de se réveiller et de réaliser des actions efficaces et réalistes. Et bons nombres d’exemples sont déjà démontrés en permaculture !

Sur ce petit article philosophique, je terminerai en disant : si nous oublions la nature, la nature nous oubliera !

Je vous laisse regarder cette séquence inspirante et émouvante ! Bon visionnage !

 


L'article vous plaît ?
  •  
  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    2
    Partages

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *